Un “complexe du culte royal” sous Amenhotep Ier à Karnak ?

Louisa BEN HAMIDA (Univ. Montpellier 3 Paul-Valéry, UMR 5140 ASM/ENiM)

Abstract: Amenhotep I built several chapels and niches devoted to the royal cult in the courtyard in front of the Middle Kingdom temple at Karnak. The courtyard seems to have been a specific place for the veneration of the king which may constitute a “royal cult complex” inside the temple of Amun-Ra.

Version PdF : https://cfeetk.hypotheses.org/files/2023/02/Carnets-CFEETK-2023-02-05-Louisa-Ben-hamida-un-complexe-culte-royal-sous-Amenhotep-Ier-a-Karnak.pdf


Le règne d’Amenhotep Ier fut particulièrement fécond en activités artistiques et architecturales1.
§1. On lui connait de nombreuses constructions, en particulier dans la région thébaine et principalement à Karnak où le souverain lance l’essor monumental du temple d’Amon-Rê en le parant de nombreuses structures supplémentaires.

Cependant, le démantèlement de ces édifices débuta dès le règne de Thoutmosis II. Les blocs furent remployés dans le IIIe pylône, dans la cour de la cachette et dans les fondations du temple de Montou à Karnak-Nord. Actuellement, plus de mille blocs et fragments de calcaire et calcite provenant de ces monuments sont recensés. La plupart se trouvent dans les musées de plein air et les magasins du site et une extrême minorité est conservée dans des collections muséales ou privées.

§2. L’étude de ces blocs constitue un vaste programme de recherche. Sous la responsabilité de Catherine Graindorge et Philippe Martinez à partir de 19852, le dossier des monuments d’Amenhotep Ier fut transmis à Luc Gabolde et Jean-François Carlotti en 20063. Dans le cadre de notre thèse de doctorat sur le culte royal dans le temple d’Amon-Rê à Karnak, nous participons à ce projet à travers l’étude des édifices liés à la vénération monarchique sous Amenhotep Ier, en particulier les aménagements du pharaon dans la cour en avant du temple du Moyen Empire (fig. 1) qui montrent la volonté du souverain de créer un complexe dédié au culte royal. Le travail de recherche sur cet espace est en cours et ce billet en présente les premières pistes de réflexion4.

L’aménagement de la cour en avant du temple du Moyen Empire par Amenhotep Ier

§3. La cour en avant du temple du Moyen Empire fut construite par Sésostris Ier5 mais c’est Amenhotep Ier qui procéda à un aménagement d’ampleur de l’espace (fig. 1)6. Le pharaon a fait ériger des murs qui créent deux espaces distincts : une cour close à l’est où se trouvent le sanctuaire de la barque et un autel solaire et une cour à l’ouest formée d’un ensemble de monuments dédiés à la vénération monarchique. Au sein de cette cour ouest, le souverain a fait aménager 18 niches dans le mur ouest (ancêtre du VIe pylône), 6 petites chapelles contre le mur nord et 5 chapelles plus profondes contre le mur sud. Au total, Amenhotep Ier a fait bâtir 29 structures dédiées à son culte statuaire dans cette cour, sans compter le calendrier des offrandes pour les ancêtres royaux.

Les monuments d’Amenhotep Ier au sein de cet espace furent démantelés entre les règnes de Thoutmosis II et Hatchepsout/Thoutmosis III. Néanmoins, les chapelles nord et sud d’Amenhotep Ier furent reconstruites par Thoutmosis III au même emplacement, en grès et avec quelques modifications dans la décoration.

Fig. 1. Plan des aménagements d’Amenhotep Ier dans la cour en avant du temple du Moyen Empire (Plan J.-Fr. Carlotti).

Les éléments du culte royal dans la cour

Le programme décoratif des niches et chapelles

§4. Les chapelles et les niches de la cour suivent le même programme iconographique (fig. 2 et 3). Les parois du fond, conservées uniquement pour les niches, représentent des scènes d’offrandes du roi à Amon et les parois latérales représentent le rituel d’offrandes à l’effigie du pharaon.

Le rituel d’offrandes à l’effigie du pharaon

§5. Les représentations du rituel d’offrandes à la statue royale sont quasiment identiques d’un relief à l’autre (fig. 4). Les scènes sont simplement plus développées dans les plus grands espaces comme les chapelles. Ces reliefs représentent l’image du souverain trônant, toujours dans la même attitude, devant une table d’offrandes sur laquelle sont disposés plus ou moins de mets. Une liste d’offrandes de type C7 surmonte la table du repas (fig. 5). Un ou plusieurs prêtre(s) se trouve(nt) derrière l’espace des offrandes8. Ce type de scènes est intitulé de manière plus ou moins développée

purifier le roi (avec du natron) ; réciter la liste d’offrandes ; présenter les offrandes
(a)

“purifier le roi (avec du natron) ; réciter la liste d’offrandes ; présenter les offrandes” (a, ci-contre). Ici, deux reliefs conservent un titre limité à “présenter les offrandes” (b, ci-contre)

présenter les offrandes
(b)

.

§6. C’est l’iconographie typique que l’on retrouve sur les parois latérales des chapelles et niches vouées au culte statuaire du monarque à la XVIIIe dynastie aussi bien dans les temples dits divins comme Karnak que dans les “temples de millions d’années”9. Des tableaux similaires se trouvent dans plusieurs chapelles de barque à Karnak où l’effigie du pharaon bénéficie de la réversion des offrandes10. La relation de ces scènes avec le culte funéraire est aussi notable puisqu’elles sont très similaires aux reliefs de repas funéraires dans les tombes de nobles dès l’Ancien Empire11. Ainsi, nous aurions une scène directement inspirée de modèles funéraires et un rite calqué sur un rituel divin et des pratiques funéraires.

CFEETK Amenhotep Ier Karnak
Fig. 2. Dessin provisoire de la paroi latérale et du fond de la niche nord 4 (Dessin CFEETK. Fl. Pirou).
CFEETK Amenhotep Ier Karnak
Fig. 3. Paroi ouest de la chapelle nord 4 (dessin CFEETK, Fl. Pirou).

Les scènes d’offrandes à Amon

§7. Le travail de restitution des scènes d’offrandes à Amon sur les parois du fond des niches et leur répartition parmi l’ensemble est en cours (fig. 2). Dans les niches sud, on trouve des offrandes d’étoffes, d’huile, du pain chât, du pain blanc, du lait et de l’eau fraîche ainsi qu’une adoration. Dans les niches nord, on trouve des offrandes du pain chât, de fard, de vin, d’huile, d’onguent médjat ainsi qu’une salutation avec les vases nemset (fig. 6). En l’état actuel, il semble que ces scènes soient liées au “Rituel d’Amenhotep Ier12 ou en tout cas à un rituel d’offrandes dont la conception est issue de plusieurs sacramentaires. Cette question fait l’objet d’une réflexion dont les résultats seront présentés dans notre thèse.

Amenhotep Ier à Karnak (photo L. Ben Hamida)
Fig. 6. Salutation avec un vase nemset dans une niche nord (photo L. Ben Hamida).

Les statues

§8. Les effigies représentées sur les parois latérales des niches et des chapelles correspondent au type de la statue de culte en pierre du souverain. De telles images d’adoration trouvaient leur place dans ces édifices mais celles-ci ne sont pas conservées13. La différence de dimensions des structures reflète probablement le caractère distinct de celles-ci. Elles contenaient vraisemblablement des statues aux tailles et aux fonctions différentes. De petites effigies devaient se trouver dans les niches tandis que des statues plus imposantes et sans doute en pierre devaient prendre place dans les chapelles. L’avantage des images de petite dimension est la maniabilité et la transportabilité. Ainsi, l’une des fonctions des statues des niches était peut-être d’être déplacées et portées en procession.

§9. La situation dans l’Akhménou semble confirmer ce rôle. Les niches de Thoutmosis III dans le couloir nord (SF.13), dont le programme iconographique est identique à celui des niches d’Amenhotep Ier, se situent dans un environnement indubitablement lié à des processions dans lesquelles de petites statues figurant le couple royal sont présentées par les desservants du culte14. Au contraire, les statues qui se trouvaient dans les chapelles CF.2 et CF.3 ne paraissent pas avoir eu pour rôle de sortir de leur abri pour participer aux processions : la structure architecturale est plus développée et le culte peut se dérouler en son sein. Ainsi les statues pouvaient y être de plus grande dimension.

Le calendrier d’offrandes aux ancêtres royaux

§10. Un autre élément d’importance dans le cadre du culte royal prend place dans la cour en avant du temple du Moyen Empire. En effet, la façade de l’abattoir nord comporte un calendrier de célébrations accompagné des offrandes à présenter pour le culte des ancêtres royaux d’Amenhotep Ier15. Parmi les noms conservés, on trouve Montouhotep II, Montouhotep III, le père divin Sésostris père d’Amenemhat Ier et Ahmès-Néfertary. Un nom n’est pas très clair, il pourrait s’agir de Niouserrê ou d’Amenemhat II. Le relief se présente sous la forme d’un tableau avec les dates auxquelles effectuer les offrandes aux rois-ancêtres, ainsi que les sacrifices, leurs nombres et leurs provenances. L’étude du calendrier est effectuée par Luc Gabolde.

Un “complexe du culte royal” ?

§11. Au terme de cette première étape de l’analyse, nous pouvons appréhender chacun des édifices et chacune des scènes isolément. Néanmoins, il est certain que l’ensemble fonctionnait comme un tout au vu du parallélisme architectural, iconographique, et fonctionnel. Dorénavant, l’objectif consiste à comprendre comment fonctionnait cet espace dans sa globalité.

Nous commençons à pressentir des éléments mais plusieurs données restent à observer et des postulats à formuler. L’étude du rituel des scènes du fond des niches et sa relation avec les représentations d’offrandes à la statue royale sur les parois latérales reste à poursuivre. Aussi, il faut expliquer le choix du pharaon de placer des chapelles au nord et au sud mais des niches à l’ouest face au reposoir. Le travail de recherche sur cet espace aura également un impact pour la compréhension des processus d’installation, de développement et de déroulement du culte royal à Karnak. Ainsi, il est nécessaire d’étudier la part des éléments en continuité et en nouveauté par rapport à l’action des prédécesseurs d’Amenhotep Ier ou encore, de remettre en perspective la place de la vénération monarchique dans les activités globales du souverain dans le temple d’Amon-Rê.

§12. En outre, il est aussi légitime de s’interroger sur la désignation et la fonction de cette cour. Un tel ensemble associant le culte d’Amon dans une chapelle et dans sa barque, la vénération royale et l’adoration des ancêtres, rappelle considérablement un type d’édifice particulier : le “temple de millions d’années”. Plusieurs “temples de millions d’années” ont pris place dans le temple d’Amon-Rê à Karnak dont l’Akhménou qui parait pouvoir servir de parallèle à la cour d’Amenhotep Ier. En effet, les deux édifices réunissent à peu près les mêmes éléments, bien que les formes architecturales soient très différentes. Or, l’une des dédicaces du temple de Thoutmosis III le qualifie de “temple de millions d’années”16 et la ḥwt-kȝ mentionnée sur la paroi sud des Annales (col. 56 et 58)17 semble aussi désigner l’Akhménou. Toutes les caractéristiques paraissent donc réunies pour appliquer la même appellation à la cour d’Amenhotep Ier.

Il est vrai qu’en l’état actuel de la recherche, aucun texte ni aucune dédicace ne désignent cet espace comme un “temple de millions d’années” ou une ḥwt-kȝ. Pourtant, il semble opportun de s’interroger, de poursuivre les recherches et de proposer des hypothèses à ce sujet. C’est pourquoi, nous préférerons l’appellation “complexe du culte royal” qui permet quand même de souligner la place primordiale de la vénération monarchique dans ce secteur du temple d’Amon-Rê à Karnak. La question reste ouverte et fera l’objet d’une discussion détaillée dans notre thèse.





Citer ce billet
Louisa Ben Hamida (2023, 5 février). Un “complexe du culte royal” sous Amenhotep Ier à Karnak ? Les Carnets du CFEETK. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mlzz

  1. Cl. Vandersleyen, L’Égypte et la vallée du Nil II. De la fin de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire, Paris, 2007 (2e éd.), p. 243-244. L’activité du roi se concentre en Haute Égypte et au Sinaï : Sérabit el-Khadim, Abydos, Elkab, Kom Ombo, Éléphantine et surtout Thèbes. []
  2. C. Graindorge, Ph. Martinez, “Karnak avant Karnak : les constructions d’Aménophis Ier et les premières liturgies amoniennes”, BSFE 115, 1989, p. 36-64 ; C. Graindorge, Ph. Martinez, “Programme architectural et iconographique des monuments d’Amenhotep Ier à Karnak”, ASAE 74, 1999, p. 169-182 ; C. Graindorge, “Les monuments d’Amenhotep Ier à Karnak”, EAO 16, 2000, p. 25-36 ; C. Graindorge, “Der Tempel des Amun-Re von Karnak zu Beginn der 18. Dynastie”, dans H. Beinlich, et al. (éd.), 5. Ägyptologische Tempeltagung, Würzburg, 23.-26. September 1999, ÄAT 33/3, Wiesbaden, 2002, p. 38-90. []
  3. CFEETK, Les monuments d’Amenhotep Ier à Karnak : http://www.cfeetk.cnrs.fr/accueil/programmes-scientifiques/axe-3-cultes-et-lieux-de-culte/axe3-theme1/. Voir aussi les rapports d’activités du CFEETK 2005-2007 à 2009, 2012 à 2016 et 2019. Une première publication : J.-Fr. Carlotti, L. Gabolde, C. Graindorge, Ph. Martinez, Les monuments d’Amenhotep Ier à Karnak I : la chapelle de barque en calcite aux noms d’Amenhotep Ier et de Thoutmosis Ier, TravCFEETK, BiGen 58, Le Caire, 2019. []
  4. Je tiens à remercier les Drs. Ahmed Al-Taher et Luc Gabolde, co-directeurs du CFEETK, pour leur aide lors de mes différents séjours à Karnak. Ce billet constitue une première approche sur les monuments du culte royal d’Amenhotep Ier dans la cour en avant du temple du Moyen Empire à Karnak. Un aperçu et une réflexion plus détaillés sur l’ensemble des structures dédiées au culte royal sous Amenhotep Ier à Karnak a fait l’objet d’une présentation au cours du colloque Current Research in Egyptology (CRE), à Montpellier en septembre 2022. []
  5. Karnak sous Sésostris Ier, principalement : L. Gabolde, Le “grand château d’Amon” de Sésostris Ier à Karnak : la décoration du temple d’Amon-Rê au Moyen Empire, MAIBL 17, Paris, 1998 ; id., “Karnak sous le règne de Sésostris Ier“, EAO 16, 2000, p. 13-24 ; id., Karnak, Amon-Rê : la genèse d’un temple, la naissance d’un dieu, BiEtud 167, Le Caire, 2018, p. 224-360. []
  6. L’étude architecturale de la cour est réalisée par J.-Fr. Carlotti (à paraître). []
  7. W. Barta, Die altägyptische Opferliste: von der Frühzeit bis zur griechisch-römischen Epoche, MÄS 3, Berlin, 1963, p. 111-128. []
  8. Une description détaillée des différents éléments composant la scène et une traduction de ces documents en partie inédits trouvera sa place dans notre thèse. []
  9. Quelques exemples. Temples divins : niches et chapelles d’Amenhotep Ier dans la cour en avant du temple du Moyen Empire à Karnak ; chapelles de Thoutmosis III dans cette même cour (Projet Karnak, KIU 1122 et 3439, consulté le 23/09/2022). Temples de millions d’années : petites niches sur la paroi ouest de la troisième terrasse du temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari (E. Naville, Deir el Bahari 5, MEEF 27, Londres, 1906, p. 7-8, pl. CXXXIV-CXXXVI). Temples divins et temples de millions d’années : niches dans le couloir SF.13 (J.-Fr. Carlotti, L’Akh-Menou de Thoutmosis III à Karnak. Étude architecturale, Paris, 2001, p. 75) et chapelles CF.2 et C.F3 dans l’Akhménou à Karnak (P. Barguet, Le temple d’Amon-Rê à Karnak : essai d’exégèse, RAPH 21, Le Caire, 1962, p. 190). []
  10. On retrouve la même iconographie dans les chapelles de barque de Sésostris Ier, Amenhotep Ier, Thoutmosis III et Thoutmosis IV à Karnak. Pour Amenhotep Ier : J.-Fr. Carlotti et al., op. cit., p. 72-80, fig. 10, pl. XXXVII-XXXVIII, XLVII-L, LIII-LIV, LXIII-LXVI. []
  11. Par exemple, on peut citer les scènes de repas funéraires de plusieurs tombes de Saqqara à la VIe dynastie : Mérerouka (N. Kanawati, et al., Mereruka and his Family, III.2. The Tomb of Mereruka, ACE Reports 30, Oxford, 2011, pl. 36-42, 86c-89) ; Watetkhethor (N. Kanawati, M. Abder-Raziq, Mereruka and his Family, II. The Tomb of Waatetkhethor, ACE Reports 26, Oxford, 2008, pl. 40-41) ; Ankhmahor (N. Kanawati, A. Hassan, The Teti Cemetery at Saqqara, II. The Tomb of Ankhmahor, ACE Reports 9, Warminster, 1997, pl. 68) ; Akhethetep (N. de Garis Davies, The Mastaba of Ptahhetep and Akhethetep at Saqqareh, II. The Mastaba. The Sculptures of Akhethetep, ASEg 9, Londres, 1901, pl. XIII-XIV). []
  12. N. Tacke, Das Opferritual des ägyptischen Neuen Reiches, OLA 222, Louvain, 2013, vol. 2, p. 2-12 ; J.-Fr. Carlotti, et al., op. cit., p. 59-63, 78. []
  13. Il faut mentionner l’existence d’un fragment de base d’une statue en granit au nom d’Amenhotep Ier qui fut probablement trouvée dans la “cour de la Cachette”. Cependant, on ne sait pas quel était le type statuaire de l’effigie. Voir : Cachette de Karnak, CK 1245 : https://www.ifao.egnet.net/bases/cachette/ck1245 (consulté le 01/09/2022). []
  14. Sur la paroi nord du couloir SF.13, on trouve des représentations d’une effigie du souverain portée en procession et de statues de Thoutmosis III et de la reine Satiah : PM II², p. 123 ; P. Barguet, op. cit., p. 180-182 ; N. Beaux, Le cabinet de curiosités de Thoutmosis III. Plantes et animaux du “Jardin botanique” de Karnak, OLA 36, Louvain, 1990, p. 33-35 ; M. Ullmann, König für die Ewigkeit – die Häuser der Millionen von Jahren: eine Untersuchung zu Königskult und Tempeltypologie in Ägypten, ÄAT 51, Wiesbaden, 2002, p. 75-76. Sur la paroi ouest de la chapelle axiale nord SF.9, des images du pharaon et de la reine sont aussi portées en procession : PM II², p. 123 (426) ; P. Barguet, op. cit., p. 179 ; J.-Fr. Pécoil, R. Baud, N. Beaux, L’Akh-menou de Thoutmosis III à Karnak. La Heret-ib et les chapelles attenantes : relevés épigraphiques, Paris, 2000, pl. 115-117 ; M. Ullmann, op. cit., p. 76 ; N. Grimal, “Les ancêtres de Karnak”, CRAIBL 154, 2010, p. 360-365, fig. 19-20 ; Projet Karnak, KIU 6075 (consulté le 23/09/20). []
  15. L. Gabolde, op. cit., 2018, p. 144, 180, 205, fig. 82, 180 ; Fr. Larché, L’anastylose des blocs d’Amenhotep Ier à Karnak, ÉtudÉg 18, Paris, 2019, dépl. 50. []
  16. Dédicace en façade des six premiers magasins sud : “C’est en tant que monument pour ses pères, les rois de Haute et Basse Égypte, qu’il a accompli l’acte de faire pour eux une grande Hout-âat de millions d’années (…)”. Cf. PM II², p. 144 ; Urk. IV, p. 607 ; P. Barguet, op. cit., p. 162 ; M. Ullmann, op. cit., p. 60-61 ; Chr. Wallet-Lebrun, Le grand livre de pierre : les textes de construction à Karnak, MAIBL 41, Paris, 2009, p. 122. []
  17. Col. 56 et 58 sur la paroi sud des Annales. Cf. L. Gabolde, M. Gabolde, “La paroi sud de la salle des Annales de Thoutmosis III à Karnak : reconstitution architecturale et restitution épigraphique”, dans L. Gabolde (éd.), Un savant au pays du fleuve-dieu. Hommages égyptologues à Paul Barguet, Kyphi 7, 2015, p. 77, 99-102. À la colonne 56 : “[N’est-ce pas mon père Amon, (en effet), qui m’avait ordonné] de réaliser un temple sacro-saint (ḥwt-nṯr ḏsrt) dans l’intention que ce soit un ḥwt-kȝ, afin d’en faire (à la fois) un lieu sacro-saint (st-ḏsrt) et un reposoir (ḫnw) ? […]” (traduction L. et M. Gabolde). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search