Les magasins sud de l’Akh-menou : premier bilan de la nouvelle campagne de conservation-restauration (partie 2, fin)

Agnès OBOUSSIER (CFEETK, USR 3172 du CNRS)
Laura BONTEMPS (MAP-MAACC, UMR 3495 CNRS/MCC)

Ce billet constitue la seconde partie du bilan des travaux dans les magasins sud de l’Akh-menou. Lien pour consulter la première partie.

Version PdF : http://cfeetk.hypotheses.org/files/2021/09/Carnets-CFEETK-2021-Agnes-Oboussier-Laura-Bontemps-restauration-magasins-sud-akhmenou-karnak-cfeetk.pdf (partie 1 et partie 2)


§3. Les interventions

Les objectifs des travaux de conservation-restauration sont, d’une part, de consolider les peintures murales des « magasins sud » à la fois dans la structure et en surface et, d’autre part, de les nettoyer afin de leur rendre une unité visuelle. Les matériaux de restauration utilisés sont choisis pour leurs propriétés et leur stabilité.  Les interventions sont citées dans l’ordre logique de leur déroulement. Elles ont cependant souvent été réalisées de façon concomitante ou alternée, du fait des contingences liées au lieu et aux différents états de conservation.

§3.1. Remplacement des mortiers de ciment

Un retrait systématique des anciens mortiers de comblement en ciment a été effectué. Ils ont été remplacés par des mortiers à base de chaux et de sable teintés de pigments pour donner un ton homogène à l’ensemble des surfaces. Les périphéries des blocs de pierre fragilisées par le ciment ont été consolidées au préalable au Paraloïd1 ; ceci évite également les migrations d’eau des nouveaux mortiers lors de leur séchage.

Concernant les parties extérieures : sur le toit, le béton de ciment remplissant les joints des dalles de plafond a été retiré autant que possible, au plus près des mortiers antiques lorsqu’ils existaient encore. Des films de plastique, qui ont été posés sur les parois des joints dans le but de les isoler avant les mortiers de ciment, ont également été supprimés. À la place de ces matériaux, nous avons rempli les joints avec des cailloux et galets puis un mortier de chaux a été posé en surface avec, au préalable, une isolation au Paraloïd B44 à 5% dans l’acétone.

§3.2. Réassemblage de fragments 

Les fragments de grès, détachés lors du retrait des anciens mortiers ont été pré-consolidés au Paraloïd®2 puis remis en place et collés avec des plots d’époxy3. Les plans de cassures ont ensuite été comblés avec des mortiers de chaux.

Intervention sur le pilier nord du magasin 8 (© CNRS-CFEETK/L. Bontemps).

§3.3. Nettoyage

À la suite d’une série d’essais, différents procédés de nettoyage par compresses ont été sélectionnés :

  • Les compresses de Bicarbonate d’Ammonium4 ont été appliquées sur toutes les parois peintes afin d’enlever le voile d’encrassement, les coulures et les concrétions. Le temps de pose a varié entre 1 et 24h et l’opération a été répétée 1 ou 2 fois  selon le degré d’encrassement. Un rinçage à l’eau distillée a eu lieu suite à leur retrait ; les restes de compresses ont été nettoyés à l’aide d’éponges et de brosses à dents souples. 
Entrée du magasin 7 avant et après nettoyage et harmonisation (© CNRS-CFEETK/A. Oboussier).
  • Les compresses d’attapulgite5 mélangées à l’eau distillée ont quant à elles été utilisées dans un premier temps dans les zones ne comportant pas de polychromie. Après vérification, nous avons observé des résultats très satisfaisants sur les dalles de plafond sans aucun arrachement dans les zones comportant de la polychromie. Ce traitement a parfois été complété plus localement par les compresses au bicarbonate d’ammonium afin de supprimer des taches persistantes. Un rinçage à l’eau distillée était également nécessaire suite au retrait des compresses.
Nettoyage des dalles de plafond du couloir (© CNRS-CFEETK/A. Oboussier).
Pose de papiers absorbants et eau distillée (© CNRS-CFEETK/A. Oboussier).
  • Des papiers absorbants ont été étendus sur l’ensemble des parois et humidifiés à l’eau distillée afin d’uniformiser le nettoyage. Ce dernier passage de « compresses » a contribué à faire disparaître des auréoles provoquées par la pose des mortiers et les étapes de nettoyage. Il a aussi diminué les sels en surface. 

L’ancien refixage au Paraloïd a facilité certaines étapes de notre travail, notamment lors du nettoyage. Nous avons pu ainsi concentrer notre attention sur les besoins de refixage de pigments plus fragiles, notamment le bleu foncé. Après plusieurs passages de compresses, le voile de poussière ainsi qu’une grande partie des coulures et taches les plus persistantes ont été effacées de l’ensemble des magasins en laissant cependant beaucoup de points ou réseaux encore très foncés. Nous avons cependant fait le choix d’arrêter le nettoyage à ce stade pour ne pas fragiliser les restes de couche picturale et la pierre.

§3.4. Suppression des concrétions et couches de « sels »  

Retrait mécanique des concrétions indurées (© CNRS-CFEETK/A. Mahmoud).

Une fois les différents procédés de nettoyage réalisés, nous avons constaté qu’il subsistait çà et là différents types de concrétions. Les premières, couleur terre, mélangées à des brindilles minéralisées étaient dures et très adhérentes, essentiellement dans le couloir, à hauteur humaine. Elles ont été atténuées progressivement au micro-tour avec parfois une humidification préalable. Nous avons également remarqué des îlots d’une couche blanche se situant à la hauteur du soubassement dans le magasin 9 et de façon plus ténue dans le magasin 8. Cette couche fine, irrégulière, opaque et très adhérente recouvrait partiellement la couche picturale de façon aléatoire. Elle s’apparentait à des accumulations de sels indurés qui ont été supprimées au scalpel, après humidification.

§3.5. Consolidation de la couche picturale 

Les parties fragiles de la couche picturale ont été re-fixées au Culminal MC20006. Plusieurs passages ont été nécessaires pour les couches très altérées (notamment les pigments bleus et verts). En ce qui concerne les mortiers de préparation blanche ne contenant plus de polychromie, après plusieurs essais de différents consolidants, c’est le Paraloïd7 qui a finalement été choisi. Il a été appliqué à 5% en un seul passage au pinceau.

Consolidations des couleurs (© CNRS-CFEETK/A. Oboussier).

§3.6. Consolidation des soulèvements de peintures et des déplacages des pierres

Les soulèvements d’enduits et de peintures ont été consolidés par injection d’un coulis de chaux prêt à l’emploi (PLM-AL8). Les déplacages de pierres trop légers et fragiles pour être collés à la résine époxy ont été consolidés de la même manière. Des injections d’Acril 339 ont été effectuées pour les soulèvements de mortiers très légers et fins. Des solins de chaux (PLM-AL10) ont ensuite été posés pour fermer les parties consolidées. Ces mêmes solins ont été appliqués sur les zones où la couche picturale, les enduits ou la pierre présentaient un manque brutal pouvant induire une fragilité.

§3.7. Harmonisation

Après le nettoyage, les surfaces dégagées ont été plus compréhensibles. Elles gardaient toutefois un aspect hétérogène lié à la présence de petites taches et zones sombres persistantes et aux solins de consolidation qui apparaissaient comme de petits îlots clairs sur les surfaces. Ces différences chromatiques ont été  atténuées avec des bâtonnets fabriqués par nos soins à partir d’une terre locale argileuse (la hiba) présentant un ton beige clair11. Celle-ci a été additionnée de pigments pour obtenir des couleurs aux nuances ténues, s’adaptant aux différents tons de la pierre de grès.

 Quelques vues des magasins sud 7 à 10 à la fin des travaux :

§4. Remarques et perspectives de recherches  

À la suite de cette campagne de conservation-restauration,  il nous paraît intéressant de souligner certains détails concernant ces peintures que nous développons ci-dessous. 

§4.1. « Les » couches picturales  

Lors du constat d’état, nous avons remarqué dans les parties où la polychromie est la mieux conservée, la présence de repeints ou de deux couches picturales. Le plus fréquemment, la couleur placée au-dessus se rapproche de celle appliquée en première instance. Cependant, on trouve parfois des couleurs sous-jacentes très différentes comme le jaune recouvert par le bleu (voir fig. ci-dessous).

Détails de repeints avec deux couches picturales superposées dans le MS9  (© CNRS-CFEETK/L. Bontemps).

Jean-François Carlotti fait mention d’observations similaires dans l’Akh-menou à deux époques distinctes12. Émile Prisse d’Avesnes avait ainsi observé deux couches picturales sur les colonnes du  jardin botanique13. J-Fr. Carlotti rapporte également les observations que Daniel Le Fur (restaurateur du CFEETK) lui avait communiquées oralement. Lors de ses interventions dans la « salle des fêtes », celui-ci avait dénombré plusieurs couches de peintures. La première date vraisemblablement de la construction du bâtiment, la seconde se situe, selon lui, à la période ptolémaïque au regard des pigments utilisés. Celles-ci sont suivies de deux autres datant de l’époque chrétienne lors de la réutilisation de cet espace comme église. Ces dernières reprises ne sont pas visibles dans les magasins sud. Ces observations, bien que se situant dans une autre partie de l’Akh-menou, expriment un constat proche du nôtre. 

En ce qui nous concerne, rien ne nous permet pour l’instant de dater la deuxième couche picturale de la période ptolémaïque. Les repeints suivent le dessin initial, souvent avec la même couleur, et n’évoquent aucun style caractéristique d’une période plus qu’une autre. Des analyses de pigments et de liants pourraient peut-être révéler des matériaux utilisés préférentiellement à une époque donnée mais nous ne sommes pas en mesure de faire des prélèvements sur ces peintures.

§4.2. Les différences d’exécution 

Les décors sont réalisés en bas-reliefs peints, mais nous avons observé quelques disparités d’exécution. On trouve ainsi dans les parties hautes beaucoup de surfaces polies non sculptées. Elles sont incisées, voire seulement peintes. Les motifs de khekerous sont notamment presque toujours réalisés par des incisions dans les magasins sud ; il en est de même pour les hiéroglyphes sur les architraves. Quelques exceptions ont été observées (voir fig. ci-dessous) et certains khekerous des magasins sud sont ainsi uniquement peints. De manière générale, ces différences d’exécution se situent dans les endroits les moins visibles.

hotos de khekerous : à gauche, paroi polie, motifs incisés ; à droite, paroi polie mais motifs partiellement incisés (© CNRS-CFEETK/A. Oboussier).
Face est du pilier sud du MS9 avec plusieurs stades de décoration visibles : bas, surface polie et sculptée ; en remontant, simples incisions jusqu’à une surface à peine ravalée sur laquelle on a seulement posé les couleurs (© CNRS-CFEETK/N. Gambier).

Sur le pilier central du magasin 9, on peut également observer plusieurs stades de confections laissés tels quels (ci-contre). La moitié basse du pilier a été polie et en partie sculptée, certains éléments sont juste incisés. La partie haute montre un état plus chaotique. En effet, la surface n’a pas été polie et les incisions sont à peine commencées ; les couleurs ont ensuite été posées sur cette surface non terminée. On retrouve ce même état de surface sur la face sud de ce pilier, tout au sommet. Les artisans, pourtant très attachés aux détails, ont posé ici directement les couleurs sur une surface non finie, sans prendre le temps de réaliser les reliefs. Est-ce dû à des conditions de travail précipitées ou à un sens de la finition différent de nos concepts actuels ?

Pour ce dernier exemple, il est à noter que les sculpteurs ont apparemment effectué leur ouvrage du bas vers le haut. J.-Cl. Golvin et J.-Cl. Goyon14 expliquent que les motifs étaient sculptés par petites séries, sur des surfaces réduites. Comme exemple, ils mentionnent notamment le décors inachevé sur la façade nord du temple d’Opet à Karnak où l’on voit les assises du bas polies et en partie décorées alors que, plus haut, les blocs de surface n’ont pas encore été ravalés. Cet exemple n’est pas à généraliser, mais il dépeint la même logique de création que pour les décors des magasins sud : les parties les plus hautes, dans ces deux cas, étaient les dernières réalisées et plus régulièrement schématisées voire inachevées.

En ce qui concerne la face inachevée du pilier précédemment évoquée, celle-ci est à hauteur humaine mais moins visible quand on est placé dans le couloir. Par conséquent, sa confection a pu être plus « expédiée » que les autres parois plus exposées.

§4.3. Un curieux « dipinto »

Un « dipinto » a été remarqué après nettoyage :  il est situé sur la face ouest du pilier central du magasin 9. Il s’agit d’une représentation peinte dont l’exécution semble plus ancienne que les graffiti habituels. Afin de mieux le comprendre, nous l’avons traité avec un logiciel15 améliorant la lecture des éléments peints comme celui-ci. Pour le moment, il n’en sort aucune interprétation satisfaisante mais c’est un sujet à approfondir.

Détail du dipinto sur le pilier du MS9 (© CNRS-CFEETK/A. Oboussier) et vue modifiée avec le logiciel D-Strech.

§5. Conclusion 

Le chantier des magasins sud de l’Akh-menou est à présent pratiquement achevé. Nos objectifs de conservation-restauration sont atteints, à savoir la préservation du lieu et sa mise en valeur.

En effet, les collages et consolidations effectués sur la structure et les surfaces peintes ont permis d’envisager sereinement nos méthodes de nettoyage. Le retrait des accumulations diverses a révélé un ensemble de décors qui, malgré leurs inégalités de conservation, sont enfin harmonieux et faciles à lire. Les espaces les mieux conservés sont ainsi mis en évidence. Ils témoignent, pour l’ensemble des reliefs, de l’intensité des couleurs, enrichies de détails, posées sur un fond blanc lumineux. Par contraste, les plafonds subsistants présentent des étendues d’un bleu profond remplies d’étoiles. 

Le travail de restauration des magasins 1 à 6 ainsi que l’entrée du couloir de distribution s’inscrit dans un autre projet porté par Lucie Antoine et Manon Lefevre avec le soutien du Fonds Kheops pour l’archéologie. Celui-ci a débuté en octobre 2019 mais n’a malheureusement pas pu être poursuivi en 2020 à cause de la situation sanitaire mondiale. Les travaux ont toutefois pu reprendre à partir de septembre 2021 et feront l’objet de publications ultérieures.

Une présentation finale sera alors mise en œuvre lorsque l’ensemble de la restauration sera terminé. Des aménagements spécifiques afin d’accueillir de nouveau les visiteurs dans cette partie de l’Akh-menou devront être envisagés.

Hormis cette finalité de mise en valeur du patrimoine égyptien, nos interventions de conservation-restauration peuvent faciliter les études égyptologiques en cours grâce à une meilleure lisibilité du programme décoratif de cet édifice. Par ailleurs, elles nous ont permis d’apprécier des détails inattendus : la présence des repeints antiques, les disparités dans l’exécution ou encore le mystérieux dipinto rouge.

Les repeints témoignent de restaurations antiques au même titre que les martelages et regravures post-amarniennes. Ils sont la preuve que ces décors ont subsisté bien après la construction de l’Akh-menou et ont été remaniés sous différentes périodes anciennes. Ils étaient d’ailleurs encore visibles à la période chrétienne puisqu’ils ont été de nouveau martelés et partiellement cachés. Ces « restaurations » antiques  mériteraient une étude à part entière, avec la recherche de parallèles à Karnak, afin de mieux apprécier leurs aspects techniques et leurs modes opératoires.


Citer ce billet : Agnès Oboussier, Laura Bontemps, "Les magasins sud de l’Akh-menou : premier bilan de la nouvelle campagne de conservation-restauration (partie 2, fin)," dans Les Carnets du CFEETK, 22/09/2021, https://cfeetk.hypotheses.org/261.

  1. Paraloïd B44® à 5% dans l’acétone. Paraloïd B44 : Résine acrylique à base de Méthyl-méthacrylate. Aspect : perles transparentes ; Température de transition vitreuse (tg) : 60°C. []
  2. Voir note précédente. []
  3. Araldite 2015® : adhésif époxy, bi-composant et pâteux. []
  4. Compresses, proportions : Bicarbonate d’ammonium 3% EDTA 5%, Carboxyméthylcellulose 5% mélangé à de la pulpe de cellulose. Bicarbonate d’Ammonium : sel inorganique soluble qui forme une solution légèrement basique dans l’eau utilisée pour les nettoyages. EDTA tétrasodique (Acide éthylène Diamine tétra acétique) : sel d’acide organique soluble dans l’eau, utilisé en tant que complexant pour  le nettoyage des pierres et des métaux. Carboxyméthylcellulose : colle, sel disodique soluble dans l’eau ayant une propriété de rétention très élevée ; elle crée ainsi une pâte dense et est utilisée pour ses propriétés épaississantes dans la préparation de compresses de nettoyage de surface. []
  5. L’attapulgite est une argile alumino-magnésienne fibreuse utilisée en restauration pour ses capacités absorbantes. []
  6. Culminal MC2000® dilué à 2% dans l’eau. C’est une colle cellulosique, dérivée de l’hydroxypropylcellulose très stable, résistant aux UV et aux températures élevées, soluble dans l’eau. []
  7. Paraloid® B44 dans l’acétone à concentration de 5%. []
  8. PLM AL® : Mortier à injecter, prêt à l’emploi, à base de chaux hydraulique, de charges inertes fines et d’additifs modifiant ses propriétés rhéologiques. Il est utilisé pour consolider les peintures murales. []
  9. Acril 33® résine acrylique en émulsion dans l’eau utilisée en tant qu’adhésif pour mortier, consolidant ou liant. Liquide blanc laiteux, pH 9,5. Il est injecté à 15% dans l’eau. []
  10. Voir description précédemment. []
  11. Bâtonnets de terre légèrement colorés constitués de hiba mélangée à de l’eau et quelques gouttes de gomme arabique pour former une pâte. Une petite quantité de pigments naturels est ajoutée pour obtenir différentes  nuances de couleurs pour chaque bâtonnet. Les éléments sont broyés ensembles à la spatule, puis laissés à sécher un ou 2 jours. []
  12. J.-Fr. Carlotti, L’Akh-menou de Thoutmosis III à Karnak ; étude architecturale. Paris, 2001, p. 10-16. []
  13. E. Prisse d’Avesnes, Atlas de l’Art Egyptien, Le Caire, Rééd., 1991, p. 362, pl. I.21. []
  14. Cf. J.-Cl. Golvin, J.-Cl. Goyon, Les bâtisseurs de Karnak, Paris, 1987, p. 121–124. []
  15. DStretch (©Jon Harman : https://www.dstretch.com/) est un outil de traitement pour l’amélioration des images d’art rupestre. Il peut rendre visibles des signes presque imperceptibles à l’œil nu. Il détecte des différences de teintes et les met en évidence. Nous remercions E. Poquet (univ. Lille/Halma) pour l’aide apportée. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. danielle quaran dit :

    quel travail faramineux ! quel patience et un grand merci à toutes vos équipes je verse volontiers une participation à votre fondation moi qui depuis mon premier pas en égypte l’année 1979 j’en suis tombée amoureuse et y suis revenue plus souvent qu’à mon tour en particulier sur Louqsor bien cordialement Danielle QUARAN Shukran

Répondre à danielle quaran Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search