Raccord d’un buste royal sur une dyade de Sésostris Ier

Marie-Paule JUNG (Archéologue indépendante)

Abstract: A royal bust belonging to a well-known fragment of a dyad assigned to Sesostris I, previously mentioned by a single, early XXth century publication, and long considered missing, has been since identified in the “Sheikh Labib” storage at Karnak. The relationship between the two pieces of sculpture has been confirmed and the statue successfully remounted.

Version PdF : https://cfeetk.hypotheses.org/files/2022/03/Carnets-CFEETK-2022-Marie-Paule-JUNG-raccord-buste-sesostris-1er-Karnak.pdf


Lors de recherches au magasin du « Cheikh Labib » à Karnak, nous avons eu l’occasion de tester, avec succès, le raccord d’un buste égaré depuis l’époque de Georges Legrain sur une partie inférieure de groupe statuaire attribuée à Sésostris Ier1.

§1. Le fragment 94CL397

La partie inférieure du groupe a déjà été décrite dans plusieurs publications2. Conservée dans le magasin du “Cheikh Labib” à Karnak, elle porte le numéro d’inventaire 94CL3973. Elle a été découverte dans la partie sud de la cour sud du VIe pylône4.

Il s’agit d’un fragment de groupe statuaire en granodiorite dont seuls subsistent le côté droit du trône et la partie inférieure du monarque, assis. Les dimensions de ce fragment sont les suivantes : hauteur 50 cm, largeur 51,5 cm et profondeur 65 cm.

La statue est brisée au niveau des chevilles et de la taille du roi, juste au-dessus du nombril. Des traces de coins visibles à l’arrière du trône, en partie inférieure, témoignent d’un débitage ancien5.

Le roi tient une pièce d’étoffe pliée en deux dans la main droite, qui repose sur sa cuisse. La main gauche est posée à plat sur la cuisse gauche. Les ongles sont gravés. Le roi porte un pagne plissé chendjit, avec une large ceinture lisse qui remonte sur les hanches. La musculature des jambes est rendue de façon géométrique et l’arête du tibia est marquée.

Le côté droit du siège est orné de deux frises égyptiennes, l’une est gravée sur les bords du trône et la seconde, dont il ne reste presque rien, devait délimiter un cadre dans l’angle inférieur arrière. Le dossier bas du siège forme un léger ressaut à l’arrière sur lequel se trouve une ligne d’inscription gravée se lisant de droite à gauche :

nṯr nfr S-n(y)-Wsrt sȝ ʿnḫ nb ḥȝ⸗f [ḏ]t

« Le dieu parfait Sésostris, toute protection et vie sont derrière lui, pour l’éternité. »

Dyade de Sésostris Ier, Karnak — photo © CNRS-CFEETK/Emilie Saubestre
Face arrière du fragment 94CL397 (© CNRS-CFEETK n° 205542/E. Saubestre)

§ 2. Lorsque Georges Legrain signale l’existence de ce groupe en 1901, un buste royal est associé à la pièce décrite ci-dessus : « Le seul individu qui reste est assis, les mains posées sur les genoux, la droite tenant la bandelette. La tête est brisée. Des fragments de claft royal couvrent les clavicules. Le bras du voisin, aujourd’hui absent, passe derrière le dos du roi ; la main droite s’appuie sur son épaule. Le bras est martelé, la main est demeurée intacte »6. L’auteur accompagne sa description d’une copie de l’inscription visible à l’arrière du trône. Cette première publication n’est pas accompagnée d’une illustration mais elle reste suffisamment précise pour associer le monument décrit à celui conservé au magasin du « Cheikh Labib » : le type de matériau, les dimensions, l’inscription, l’iconographie et l’attitude des personnages correspondent.

§3. Le buste 8658 (Cheikh Labib)

Alors que la partie inférieure du groupe est conservée et visible depuis un certain temps dans le magasin, le buste semble avoir été égaré jusqu’à récemment et a refait surface dans le cadre de l’inventaire actuellement effectué par l’équipe d’Ahmed Dowi7

Dyade de Sésostris Ier, Karnak — photo © CNRS-CFEETK/Emilie Saubestre
Le buste 8658 vu de face (© CNRS-CFEETK n°205535/E. Saubestre).

Ce fragment est en granodiorite. Il mesure 37 cm de haut, 45 cm de large au niveau des épaules et 22 cm de profondeur. Le buste, acéphale, est brisé au niveau de la taille. Le roi porte le némès dont les deux pans striés de bandes régulières alternant relief et creux sont partiellement préservés. À l’arrière, le catogan du némès, très abîmé, est décoré de stries horizontales. Les bras du roi sont brisés à hauteur des biceps. Les épaules sont larges et la taille étroite. Les clavicules sont bien visibles. La musculature abdominale est subtilement indiquée par une ligne marquant les pectoraux et par une légère dépression verticale traversant le torse. Le bras droit du personnage autrefois assis à la gauche du roi enlace le monarque, la main reposant sur l’épaule droite de ce dernier. Ce bras a été volontairement martelé sur toute sa longueur, à l’exception de la main.

Nous avons pu vérifier le raccord de ce buste au fragment 94CL3978. La correspondance entre les deux éléments ne laisse aucun doute sur la validité de cet assemblage9. Le style du buste corrobore l’attribution de la statue au règne de Sésostris Ier déjà proposée dans les publications antérieures10. L’activité importante de ce roi à Karnak est également un argument en faveur de cette attribution11.

§4. Dans son état actuel, la sculpture reste largement fragmentaire et le personnage siégeant à la gauche du roi ne peut être identifié avec certitude.

Des groupes se composant d’un roi et d’une divinité existent depuis l’Ancien Empire et le début de la XIIe dynastie en a livré plusieurs exemples. La majorité des dyades de cette période associent le roi à une déesse12. C’est par exemple le cas d’une statue figurant Sésostris Ier en compagnie d’Isis, provenant d’Abydos13. Également en granodiorite et de composition et dimensions similaires à la dyade du magasin Cheikh Labib, elle figure le roi et la déesse assis côte à côte. Leurs représentations sont brisées à hauteur de la taille mais l’absence de la main droite de la déesse sur sa cuisse indique qu’elle devait être posée sur l’une des épaules du roi. Le règne de Sésostris Ier a livré deux autres groupes statuaires provenant de Karnak14. Le premier le figure debout en compagnie de la déesse Hathor, assise à sa gauche15. Le second, très fragmentaire et adoptant une forme originale, se composait de deux couples adossés figurant le roi et Amon-Rê-Kamoutef debout côte à côte16.

§5. Certains éléments invitent à restituer une représentation d’Amon assis à gauche de Sésostris Ier pour la dyade du magasin Cheikh Labib. La découverte du groupe à proximité du sanctuaire du dieu et le martelage de son bras, qui correspondrait alors à une attaque lors de l’épisode amarnien, permettent de proposer cette hypothèse. La représentation divine n’est pas la seule à avoir subi des déprédations, puisque les bras du roi semblent aussi avoir été volontairement détruits, entraînant peut-être à cette occasion la déconnexion du buste et du bassin17. Ces attaques, comme la tentative de débitage visible à l’arrière du trône, ont pu avoir lieu à des époques différentes18.

Plusieurs groupes statuaires retrouvés à Karnak figuraient un souverain assis à côté du dieu Amon, mutilé sous le règne d’Akhenaton et parfois restauré ultérieurement19. Une dyade d’Amenemhat Ier, dont seule la partie inférieure subsiste, a été découverte dans le temple d’Amon non loin de celle de son successeur. La restauration antique des jambes du personnage siégeant aux côtés du roi et la mention d’Jpt-swt dans les inscriptions du monument rendent probable la présence d’Amon aux côtés du roi20. Les dyades d’Amenemhat Ier et de Sésostris Ier adoptaient peut-être une composition semblable, la première ayant pu servir de modèle à la seconde.

§6. La redécouverte de ce buste apporte une pièce complémentaire au corpus des dyades de la XIIe dynastie ainsi qu’à celui des statues de Sésostris Ier. Le style de la sculpture invite à confirmer son attribution au règne de ce roi, déjà avancée dans la bibliographie antérieure. Le personnage qui l’accompagnait, comme son emplacement initial, restent indéterminés. Elle a pu néanmoins demeurer visible un certain temps dans le secteur central du temple d’Amon ainsi que le suggère son lieu de découverte.





Citer ce billet
Marie-Paule JUNG (2022, 31 janvier). Raccord d’un buste royal sur une dyade de Sésostris Ier. Les Carnets du CFEETK. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mlzv

  1. Nous remercions les directeurs du Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak, Luc Gabolde et Ahmed al-Taher de nous avoir permis de mener cette étude, ainsi qu’Ahmed Dowi, directeur des magasins de Karnak, de nous avoir autorisé de travailler dans le magasin du « Cheikh Labib ». Merci également à Jérémy Hourdin de nous avoir proposé de présenter cette (re)découverte ici, à Ahmed Rubi et Émilie Saubestre pour la réalisation des photographies et à Simon Connor et Anne-Hélène Perrot pour leurs conseils et relectures. []
  2. PM II², 107 ; L. Gabolde, Karnak, Amon-Rê : la genèse d’un temple, la naissance d’un dieu, BiEtud 167, 2018, p. 324-326, fig. 201a-d ; D. Lorand, Art et politique sous Sésostris Ier. Littérature, sculpture et architecture dans leur contexte historique, MonAeg 13, 2011, p. 77-78, pl. 6B-D ; H. Sourouzian, « Features of Early Twelfth Dynasty Royal Sculpture », Bulletin of the Egyptian Museum 2, Le Caire, 2005, p. 108, pl. 9c-d ; M. Seidel, Die königlichen Statuengruppen. Band I: die Denkmäler vom Alten Reich bis zum Ende der 18. Dynastie, HÄB 42, 1996, p. 100. []
  3. H. Sourouzian (op. cit., pl. IX) indique le numéro d’inventaire CL11 pour le monument, qui pourrait correspondre à un numéro attribué anciennement, avant l’inventaire des années 1990 (communication personnelle J. Hourdin). []
  4. G. Legrain indique que le monument a été découvert « dans la salle à colonnes au sud du pro-sanctuaire et de la porte Amen-mer-sar-fou », cf. G. Legrain, « Notes prises à Karnak », RecTrav 23, 1901, p. 63. D. Lorand attribue la découverte à A. Mariette, « dans la quatrième salle située au sud de la cour du VIe pylône », D. Lorand, op. cit., p. 77 ; L’ouvrage de B. Porter et R. Moss indique quant à lui que le groupe a été découvert « in second room south of Passage XXIV », cf. PM II², 107. []
  5. La largeur maximale de ces traces est de 7 cm. []
  6. Cf. G. Legrain, op. cit., p. 63. []
  7. Le numéro 8658 inscrit à l’encre rouge sur le buste correspond à ce nouvel inventaire. L’objet ne porte pas d’autre numéro. Le buste proviendrait de la salle ANX, habituellement réservée aux pièces saisies dans le cadre d’un commerce illégal (communication personnelle A. Dowi). []
  8. La hauteur totale des deux fragments assemblés est de 82 cm. []
  9. H. Sourouzian avait proposé un ingénieux raccord avec le buste 94CL111 D conservé au magasin Cheikh Labib (H. Sourouzian, op. cit., p. 108 ) et a été suivie en cela par L. Gabolde (op. cit., p. 324-325). Le raccord présenté ici rend toutefois caduque cette proposition d’assemblage. []
  10. On pourra comparer la statue du magasin Cheikh Labib avec le torse EA 44 conservé au British Museum et provenant également de Karnak (D. Lorand, op. cit., p. 89-90, pl. 10) ou la statue assise MMA 25.6 conservée au Metropolitan Museum of Art de New-York (Ibid., p. 97-99, pl. 13). []
  11. Sur les monuments de Sésostris Ier à Karnak, voir L. Gabolde, op. cit., p. 224-360. []
  12. Cf. D. Lorand, op. cit., p. 171, n. 183 ; H. Sourouzian, op. cit., p. 105-107 et M. Seidel,, op. cit. []
  13. Cf. D. Lorand, op. cit., p. 95-96, pl. 12 ; M. Seidel, op. cit., p. 90-91. []
  14. Pour une synthèse sur les groupes statuaires de Sésostris Ier, voir D. Lorand, op. cit., p. 225-226. []
  15. Conservé au musée égyptien du Caire (CG 42008), Ibid., p. 81-82, pl . 7 ; M. Seidel, op. cit., p. 92-93, Tf. 27. []
  16. Lieu de conservation inconnu. D. Lorand, op. cit., p. 87-88, pl. 10 ; M. Seidel, op. cit., p. 93-99, abb. 23-26. Voir aussi L. Gabolde, op. cit., p. 326-327. []
  17. La publication de G. Legrain (op. cit.) ne permet pas de savoir si le buste était solidaire du reste du monument lors de sa découverte. Il n’est pas impossible qu’il ait été détaché à l’époque moderne, à des fins commerciales, comme le suggère sa présence dans la salle ANX habituellement réservée aux monuments circulant illicitement. []
  18. De telles traces correspondent à l’utilisation de coins en métal pour fracturer la pierre. Bien qu’attesté dès la XXVIe dynastie (cf. F. Burgos, « Les techniques de mise en œuvre et de taille de la pierre dure », dans F. Burgos, F. Larché, La chapelle Rouge d’Hatchepsout II, Paris, 2008, p. 36), leur usage ne se diffuse pas avant l’époque ptolémaïque, cf. B. Aston, « Stone », dans P. Nicholson, I. Shaw (éd.), Ancient egyptian materials and technology, Cambridge, 2000, p. 7. []
  19. Plusieurs exemples datent du règne de Thoutmosis III telles que la dyade du sanctuaire oriental adossé, cf. D. Laboury, La statuaire de Thoutmosis III. Essai d’interprétation d’un portrait royal dans son contexte historique, AegLeod 5, 1998, p. 199-205, ou une dyade conservée au musée du Caire (CG 42065), enregistrée dans la Base Cachette Karnak <https://www.ifao.egnet.net/bases/cachette/ck247> [consulté le 24/01/2022]. Les images d’Amon ne sont pas les seules a avoir été attaquées puis restaurées, à ce sujet, voir le groupe statuaire du British Museum EA 12, également du règne de Thoutmosis III (D. Laboury, op. cit., p. 186-189). []
  20. Cf. L. Gabolde, op. cit, p. 218. Une publication portant sur cette dyade et sur l’intervention de restauration récente par le CFEETK dont elle a fait l’objet est actuellement en préparation, en collaboration avec Agnès Oboussier. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search