Les magasins sud de l’Akh-menou : premier bilan de la nouvelle campagne de conservation-restauration (partie 1)

Agnès OBOUSSIER (CFEETK, USR 3172 du CNRS)
Laura BONTEMPS (MAP-MAACC, UMR 3495 CNRS/MCC)

§1. Présentation générale de l’Akh-menou

L’Akh-menou de Thoutmosis III (1479-1425 av. n.-è.) est un vaste bâtiment dont l’élément le plus spectaculaire est la salle hypostyle à trois nefs, appelée aussi « salle des fêtes ». Il constitue la partie la plus orientale du temple principal d’Amon à Karnak, construit à l’est de l’ancien temple de Sésostris Ier dans l’actuelle « cour » du Moyen-Empire.

Vue générale de l’Akh-menou à Karnak (© CNRS-CFEETK n° 202439/E. Saubestre).

Cet édifice se divise en plusieurs espaces accessibles depuis la salle hypostyle, avec, du nord au sud : un chapelle solaire surélevée accessible depuis un escalier ; un ensemble de chapelles dédiées au roi, qui associe étroitement son culte à celui  d’Amon ; un ensemble de salles dédiées aux cultes les plus secrets de la divinité dont la chapelle d’Alexandre le Grand ou le « saint des saints » précédé par le fameux jardin botanique de Thoutmosis III ; les salles sokariennes et enfin, lesdits « magasins sud » qui constituent la partie méridionale du temple.

C’est dans cette partie de l’édifice qu’un nouveau programme de conservation-restauration a débuté en 2019 à l’initiative du CFEETK. Celui-ci s’inscrit dans la continuation des interventions dans l’Akh-menou depuis 2013 avec notamment le sanctuaire d’Alexandre1.

Localisation de l’Akh-menou (rectangle bleu) et de ses magasins sud (zone colorée en bleu) à Karnak (d’après le plan de © J.-Fr. Carlotti).

Les magasins sud sont directement accessibles à la droite de l’entrée du complexe. L’espace s’organise autour d’un couloir de distribution, lui-même coupé en deux par une porte, qui permet d’accéder à sept chapelles puis deux salles plus larges et au sol surélevé. Leurs décors2 mettent notamment en scène des rituels en lien avec le couronnement du roi et son renouvellement à travers les fêtes-sed. Ces pièces ont été régulièrement désignées comme des “magasins” (des lieux de stockage à l’abri, en particulier, des grandes inondations) parce que les deux dernières ont un sol surélevé. Leur fonction reste cependant encore incertaine.

Le chantier de restauration des magasins sud a débuté en février 2019 sous la responsabilité de Laura Bontemps puis s’est poursuivi en 2020 sous la responsabilité d’Agnès Oboussier3. Il comprenait les traitements des salles 7, 8, 9 et la moitié du couloir adjacent appelé magasin 104.

Couloir des magasins sud de l’Akh-menou durant les interventions (© CNRS-CFEETK/A. Oboussier).

§2. Constat d’état

§2.1. Matériaux constitutifs et techniques d’exécution

Les magasins sud de l’Akh-menou, sont construits entièrement en grès. Le grès est une roche sédimentaire très utilisée à partir du Nouvel Empire ; il provient essentiellement des carrières du Gebel Silsileh, à 160 km au sud de Louxor. Les pierres sont taillées en blocs de grands modules et assemblées pour former les parois. Le mortier de jointoiement, en plâtre mort, est utilisé en tant que lubrifiant pour la construction plus que pour le scellement de la maçonnerie. 

Sur ces parois, les décorations sont en principe des bas-reliefs peints. La pierre a été taillée, sculptée puis polie. Les joints ont été bouchés et une fine couche de plâtre a été appliquée sur les surfaces afin de les unifier5. Cette couche sert également de fond. En ce qui concerne la couche picturale, les pigments6 ont été broyés avec de l’eau additionnée d’une gomme d’acacia7. Après un dessin préparatoire tracé à l’ocre rouge, la peinture a été exécutée en aplats sur lesquels sont ajoutés les détails.  

§2.2. La précédente campagne de conservation-restauration 

De grands travaux de conservation-restauration des peintures murales de l’Akh-menou ont été effectuées par le CFEETK de 1985 à 1994, sous la direction de Daniel le Fur8. Les parois des magasins ont fait l’objet d’un nettoyage qui a semble-t-il été arrêté aux plafonds. Les comblements de mortier faits à cette époque, contenant principalement du ciment, ont pu engendrer certaines altérations constatées ces trois dernières années. Le refixage au Paraloïd B729 est encore visible par endroit et laisse à voir un aspect de surface satiné. 

§2.3. Les altérations de la polychromie 

La polychromie est très usée et lacunaire. Il reste cependant suffisamment de zones bien conservées pour laisser entrevoir la richesse de détails que présentaient initialement les peintures. 

Les reliefs peints sont recouverts presque uniformément d’une couche de poussière  créant un voile beige-grisâtre ; celle-ci est remplacée par des traces de coulures plus opaques notamment sur la face extérieure des piliers des magasins 9 et 8. Des concrétions couleur terre, mélangées à des brindilles minéralisées très adhérentes sont présentes surtout dans le couloir, à hauteur du regard.

Des tâches sombres allant de brunâtre à noir opaque, très importantes sur les plafonds, sont visibles ponctuellement sur les parois et viennent cacher le dessin sous-jacent s’il en reste. On recense plusieurs accumulations dues aux animaux et à leur activité :  des déjections de chauves-souris et fientes d’oiseaux parsèment les parois et le sol, sauf dans le magasin 9 qui a été protégé de ces dégradations par un cadre de bois muni de grilles. Des guêpes maçonnes ont creusé des trous dans les dalles de plafond pour accrocher leur nid ; on en observe dans chaque magasin.  

On remarque un aspect satiné de la couche picturale et de l’enduit, lié à l’ancienne consolidation au Paraloïd B72 réalisée dans les années 90. Bien que cette consolidation soit encore efficace sur la plupart des couleurs, il existe des fragilités. En effet, les couleurs bleues ou vertes montrent fréquemment un état d’altération inquiétant : posées en couches plus épaisses, elles présentent des microfissures, voire des pulvérulences et des écaillages.

§2.4. Les altérations du support

Dans le couloir, un grand nombre de blocs est manquant sur la paroi est et sur la paroi nord. Les dalles de plafond sont également très lacunaires. En ce qui concerne les magasins, on trouve également des manques sur les murs, alors que les plafonds sont tous présents. Il manque environ 20 % dans le magasin 9, 20 % dans le 8 et plus de 30 % dans le 7 où un pan de mur presque entier est manquant. 

Les blocs en grès restant présentent un bon état général. Cependant ils ont localement des fissures, voire des cassures ou une perte de cohésion qui est principalement causée par la pose des enduits de comblement.  Ces mortiers datant de la restauration précédente sont composés en majorité de ciment. Ils occupent quasiment toutes les lacunes de pierre et accentuent les altérations du grès. Autour des zones de jointoiement celui-ci devient très poreux, voire sableux. Certains éléments de maçonnerie sont fracturés et ne sont maintenus que par les mortiers de ciment. 

Concernant le substrat, les enduits blancs de préparation sont aussi source de fragilité : certains sont devenus pulvérulents et ont un aspect alvéolé, voire spongieux. Ils sont très fragiles et ont perdu un peu de leur adhérence. Les plages d’enduit qui ont conservé leur patine en surface et parfois de la peinture semblent moins pulvérulentes. Elles présentent toutefois des problèmes d’adhérence : dans des zones de comblement entre deux blocs, certains enduits encore subsistants sont décollés et prêts de tomber en entraînant avec eux la polychromie.

§2.5. Les interventions humaines

Des martelages d’époques différentes peuvent être observés. Ceux commis sur les images et noms des dieux datent a priori de l’époque amarnienne. Ils ont été regravés durant la période post-armarnienne. Quant aux martelages chrétiens10, ils ne concernent en général que les visages, voire seulement les yeux et les animaux dans les hiéroglyphes. Cette pratique n’est pas étudiée en détail ici mais pourrait faire l’objet d’une réflexion plus complète ultérieurement.

Dans les magasins 8 et 9, on remarque des cupules qui sont des prélèvements progressifs de poudre de pierre laissant des creux orientés verticalement sur la paroi. De nombreux graffiti contemporains ont été également ajoutés, quelques-uns sur les parois peintes, beaucoup sur les enduits de comblement.

Dans les parties les mieux conservées, il est possible d’observer des repeints, voire une seconde couche picturale dont nous parlerons dans la deuxième partie de ce bilan à paraître prochainement.

Citer ce billet : Agnès Oboussier, Laura Bontemps, "Les magasins sud de l’Akh-menou : premier bilan de la nouvelle campagne de conservation-restauration (partie 1)," dans Les Carnets du CFEETK, 27/05/2021, https://cfeetk.hypotheses.org/51.
  1. Le secteur des sanctuaires axiaux est en cours d’étude par D. Mendel-Leitz (Univ. Tübingen) et A. Rickert (Univ. Münster) : http://www.cfeetk.cnrs.fr/accueil/programmes-scientifiques/axe-3-cultes-et-lieux-de-culte/axe3-theme3/ (consulté le 24 mai 2021). []
  2. En cours d’étude par J. Masquelier-Loorius (UMR 8167). []
  3. L’équipe de conservation-restauration du CFEETK : Abdel Nasser Mahmoud, Ashraf Mustafa Ali, Gaad Nubi Hussein, Mahmoud Sayyed Ahmed, Mustafa Abdu Mahmoud, Najoua Abd El-Ghafour, Nasser Hosman Abdelrahman, Laura Bontemps et Agnès Oboussier []
  4. La conservation-restauration de la première partie du couloir et des magasins 1 à 6 fait l’objet d’un autre projet mené par Manon Lefevre et Lucie Antoine, avec le soutien du Fonds Khéops pour l’Archéologie. Un rapport plus détaillé concernant la restauration de l’ensemble des magasins de l’Akh-menou sera également consultable au CFEETK. []
  5. f. D. Le Fur, La conservation des peintures murales des temples de Karnak, Paris, 1994, p. 80-92. []
  6. Les principaux pigments étaient :  le carbonate de calcium (pierre calcaire ou coquillages broyés) pour les blancs ; le charbon de bois ou la suie pour les noirs ; les jaune étaient constitués d’oxydes de fer ou d’orpiment (trisulfure d’arsenic) ; les rouges étaient également des oxydes de fer ou du réalgar (sulfure d’arsenic) ; les pigments bleus étaient essentiellement issus du bleu égyptien (silicate double de cuivre et de calcium obtenu par cuisson) ; la principale source de vert était la malachite (carbonate de cuivre) et aussi la pâte de verre obtenue en changeant les proportions des composés conduisant normalement au bleu égyptien. []
  7. Gomme d’acacia nilotica. []
  8. Cf. J.-Fr. Carlotti, L’Akh-menou de Thoutmosis III à Karnak. Étude architecturale, Paris, 2001, p. 10-16. []
  9. Paraloïd B72 à 2,5% dans du P-xylène. []
  10. Sur l’occupation chrétienne de l’Akh-menou, cf. J.-Fr. Carlotti, op. cit., 2001, p. 30-33, 250 ; M. Rassart-Debergh, « L’Akh-menou Status Quaestionis (1998) I — Les peintures chrétiennes », Karnak 12, 2007, p. 745-795. Pour une synthèse récente sur l’occupation chrétienne à Karnak, voir aussi R. David, « Quand Karnak n’est plus un temple… Les témoins archéologiques de l’Antiquité tardive », Karnak 16, 2017, p. 147-165 et E. Serdiuk, « L’architecture de briques crues d’époque romano-byzantine à Karnak : topographie générale et protocole de restitution par l’image », Karnak 16, 2017, p. 373-392. []

1 réponse

  1. Mthé dit :

    Un grand MERCI pour le partage de vos recherches et travaux!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search