Le fonds Chevrier de Karnak : nouvel examen du puits-cachette du IIIe pylône

Valentine MARLOT (Doctorante en égyptologie, UMR 5189 HISOMA, Univ. Lumière Lyon II)

Abstract: In 1924 and again in 1935, Henri Chevrier uncovered a “shaft-cache” (“puits-cachette”) in the foundations of the southern tower of the Third Pylon of the Temple of Karnak. This discovery went almost unnoticed until today. Thanks to the study the archives of this architect and director of works at the temple, it has been possible to study the shaft-cache in greater detail. The cache raises many questions about its function and its access. Although no definitive answer can be given at the moment, it is certain that it was not a foundation deposit. It seems that Egyptians built this structure to protect a number of sacred objects that had become unusable, like the caches or favissa known elsewhere in Egyptian temples. Its access in the foundations of the south mole, at the right of the staircase, is problematic. The state of conservation of the Third Pylon and the absence of archaeological data only allows us to make hypotheses. These can be confirmed or refuted thanks to future studies on the construction of the pylons of Karnak precinct, which could perhaps bring answers as to the location and the function of this shaft-cache.

Version PdF : http://cfeetk.hypotheses.org/files/2022/05/Carnets-CFEETK-2022-Valentine-marlot-fonds-chevrier-puits-cachette-IIIe-pylone.pdf


Le CFEETK conserve de nombreuses archives des activités de Henri Chevrier (1897-1974) qui fut directeur des travaux de Karnak de 1926 à 19541. Parmi ses nombreux chantiers, on peut citer la restauration de la Salle hypostyle et la réfection complète de ses fondations ; la reconstruction du mur du Lac sacré ; les fouilles dans la Cour du Moyen Empire ou encore le démontage et la restauration des IIe et IIIe pylônes. Il dégagea également une vaste zone au-delà de l’enceinte est de Karnak et mit au jour un grand complexe appartenant à Amenhotep IV/Akhenaton ainsi que plusieurs statues colossales2.

§1. Les archives concernant les travaux Henri Chevrier à Karnak se composent d’extraits de ses journaux de fouilles ainsi que de plus de 6 000 plaques de verre3. Un projet de sauvegarde et de valorisation de ces photographies nommé « Le fonds Chevrier de Karnak, détournement et préservation » est en cours4. En parallèle, un travail de documentation égyptologique est effectué à partir des rapports annuels publiés dans les Annales du Service des Antiquités de l’Égypte (ASAE) entre 1927 et 1954 ainsi que des extraits des journaux de fouilles de l’architecte. Il s’agit de reconstituer le plus précisément possible la chronologie des activités d’Henri Chevrier dans le temple de Karnak et d’identifier ses grands chantiers. Ensuite, les photographies sur plaque de verre pourront être associées à ces différentes opérations et être datées plus précisément. Il sera alors possible d’enregistrer et de diffuser ces archives par l’intermédiaire d’une base de données en ligne.

Étudier de nouveau les travaux de H. Chevrier permet de redécouvrir le temple de Karnak du XXe siècle et de mettre en lumière certaines découvertes oubliées comme un « puits-cachette » repéré dans le môle sud du IIIe pylône.

La découverte du puits-cachette du IIIe pylône

Plan 3e pylône de Karnak - Henri Chevrier
Emplacement du “puits-cachette” dans le IIIe pylône (H. Chevrier, ASAE 29, 1929, fig. 2, p. 150).

§2. L’un des principaux chantiers de Henri Chevrier dans le temple de Karnak fut le vidage du IIIe pylône. Il s’agit d’une opération amorcée par M. Pillet qu’il poursuivit dès son arrivée en 1926. Progressant méthodiquement, il débuta par le môle sud. Cette opération s’acheva en 1938 (le môle nord l’occupa de 1929 à 1954).

Alors qu’il travaillait au dégagement de l’angle sud-ouest du môle sud du pylône, en mai 1928, il atteignit les fondations qui s’enfonçaient jusqu’à 4,30m au-dessous du niveau du sol5. Lors de cette descente dans le IIIe pylône, H. Chevrier extrait de nombreux blocs remployés appartenant aux monuments de Sésostris Ier, de Kamosis, d’Amenhotep Ier, de Thoutmosis III, d’Hatchepsout et de Thoutmosis IV.

Le 30 mai 1929, à la base du mur sud, au droit de la porte de l’escalier, à 4,30m au-dessous du niveau du sol, Henri Chevrier découvrit un puits d’environ 0,80m de diamètre d’où il extrait « quelques fragments intéressants »6 : une partie de statue en granit gris foncé représentant une main tenant un vase rond ayant probablement appartenu à une sculpture de roi à genoux présentant les deux vases ; une statuette royale en calcaire de bonne facture sans tête ni pieds avec une hauteur estimée à 0,55m ; deux statuettes en calcaire représentant des prêtres avec de longues robes d’environ 0,43m de haut ; quelques petits Osiris en bronze et plusieurs fragments de diverses matières7. Cette année-là, il n’eut pas le temps de finir la fouille de ce puits : il le fit reboucher jusqu’en 1935.

Fragment de statue 92CL2676 (Karnak, magasin Cheikh Labib)
Fragment d’une statue en granit (Cheikh Labib 92CL2676), peut-être celui découvert par H. Chevrier en 1929 (©CNRS-CFEETK n°38116_8)

§3. Durant la campagne de 1934-1935, H. Chevrier termina le vidage de la partie sud des fondations de l’angle sud-ouest du IIIe pylône. Travaillant sous la porte de l’escalier, le 20 février 1935, il mit de nouveau au jour le puits-cachette découvert en 1929. Il étudia cette structure postérieure à la construction du pylône : elle fut bâtie avec des talatates d’Amenhotep IV/Akhenaton, percée dans le seuil de la porte à travers les fondations jusqu’au sol vierge (à 4,30m de profondeur). Il nota que la première couche de talatates formant margelle montrait une usure inhabituelle8. Les 21 et 23 février 1935, H. Chevrier vida ce puits-cachette dont le comblement était composé de nombreux éclats de pierres et de terre sablonneuse. Il découvrit notamment deux petits oiseaux ithyphalliques en bronze à tête humaine et portant la couronne d’Amon, deux petites colonnettes à chapiteaux ouverts et deux fragments de simulacre d’écritoire en porcelaine émaillée verte bleutée, deux groupes de petits vases ronds en bronze fixés sur une plaquette carrée, deux prisonniers les mains et les pieds liés ensemble en terre cuite, une petite tête en quartzite, plusieurs fragments de bronze dont des éléments appartenant à une couronne d’Amon, une grande quantité d’ossements de mouton et plusieurs couffins de débris de poterie. Les remontées de la nappe phréatique contraignirent H. Chevrier à attendre le 25 avril pour poursuivre le vidage de ce puits. Il ne découvrit alors qu’un fragment d’Osiris en bronze avant de devoir de nouveau arrêter ses recherches à cause de la montée des eaux. Ne pouvant descendre plus bas cette année-là, il combla le puits-cachette avec du sable. Malheureusement, ses rapports suivants ne le mentionnent plus9. H. Chevrier considéra que l’ensemble des objets découverts était postérieur à la XVIIIe dynastie.

Dépôt de fondation ou cachette ?

§4. Les caractéristiques et le contenu de ce puits-cachette ainsi nommé par H. Chevrier rendent difficile son interprétation. S’agit-il d’un dépôt de fondation ou d’une cachette ?

La possibilité d’un dépôt de fondation a été soulevée. Certaines caractéristiques de cette structure iraient dans ce sens. En effet, l’emplacement de ce puits sous les assises de construction du mur sud du IIIe pylône ainsi que sa forme circulaire et maçonnée10 corroboreraient cette hypothèse11. Cependant, le manque de données archéologiques lors de la découverte par H. Chevrier empêche d’établir avec certitude la nature de ce puits tout comme le fait qu’il n’ait pas été fouillé entièrement. Concernant son contenu, la présence de fragments de diverses matières12 et celle d’ossements de mouton13 ainsi que de poterie pourraient se référer au rituel de fondation14. Ce dépôt serait alors en lien avec la construction du mur de Ramsès IX contre le parement sud du IIIe pylône15 (partie rosée sur le plan de H. Chevrier, voir plus haut).

§5. Cependant d’autres éléments contrent cette hypothèse. Tout d’abord, l’emplacement de ce puits n’est pas commun pour un dépôt de fondation comme l’a soulevé M. Azim16. L’absence également de certains objets d’ordinaire récurrents pose problème. Il n’y a pas d’outils ou de modèles d’outils – même si d’après J. Weinstein les dépôts de fondation postérieurs au règne de Ramsès III ne contiennent plus ce type d’objets17 – ni de plaquette ou de brique inscrite au nom du roi ce qui est très rare18. La présence de colonnette est épisodique19 et il n’y a pas de statue royale dans ce genre de dépôt. Enfin, Henri Chevrier nomme lui-même cette structure de « puits-cachette »20 et non de « dépôts de fondation » alors qu’il en a identifié d’autres dans l’enceinte du temple de Karnak21. Cette première hypothèse ne semble donc pas correspondre aux découvertes de 1929 et de 1935.

§6. La présence de statues royales et de prêtres ainsi déposées22 dans une structure maçonnée rappelle les systèmes de cachette en Égypte ancienne. Ces « dépôts de préservations » ou favissa – ainsi nommés entre autres par C. Zivie-Coche23 – regroupent des objets, inaptes à l’usage cultuel dans le temple, qui ne pouvaient pas être détruits puisqu’ils étaient toujours investis de leur caractère sacré et de leur puissance divine. G. Charloux et C. Thiers appellent « caches sacrées » ces lieux protégés et dissimulés réunissant les objets et statues du culte24. Ils divisent ces structures en sous-catégories. Le puits-cachette de H. Chevrier appartiendrait aux « caches aménagées » puisqu’il s’agit d’un puits maçonné avec des talatates25, donc bâti, servant à cacher des statues ou fragments de statues ainsi que divers objets26. En effet, les caches sacrées réunissent des sculptures royales et privées22 ainsi que d’autres artéfacts cultuels ou votifs comme des colonnettes architecturales13. La présence d’Osiris en bronze22 est également omniprésente notamment au Ier millénaire av. n. è. rappelant la prépondérance de son culte à cette époque27. Les ossements de moutons et les couffins de céramiques découverts13 pourraient correspondre aux cérémonies liturgiques qui devaient accompagner ce genre d’enfouissement.

§7. Les seuls artéfacts étranges découverts par H. Chevrier sont les deux statuettes en terre cuite représentant des prisonniers aux mains et pieds liés28. Ce type d’objets se retrouve plutôt dans les « dépôts d’exécrations », attestés de l’Ancien Empire au Nouvel Empire et composés, en plus de ces effigies, de plaques ou d’ostraca inscrits (mais absents du puits-cachette). Ces éléments réunis et les cérémonies qui avaient lieu servaient à annihiler la puissance de l’ennemi par la magie29. Malgré la présence de ces statuettes, le puits-cachette de H. Chevrier réunit trois des quatre critères de la cache sacrée définis par G. Charloux et C. Thiers :

  • un fort investissement dans l’installation de ces objets dans un espace réservé, préparé, protégé au sein du temple et inaccessible ;
  • un état d’usure relatif des figures (ici, des statues fragmentaires ou cassées) ;
  • la présence d’image protectrice (ici, Osiris).

Le seul critère manquant est la recherche d’une organisation ou d’une mise en scène intentionnelle des artéfacts30. Cependant, le récit de H. Chevrier est trop pauvre d’informations sur ce sujet pour valider ou non cette caractéristique. Enfin, la datation du puits-cachette après le règne d’Amenhotep IV/Akhenaton correspond à celle de la plupart des caches31.

L’emplacement du puits-cachette

§8. Comme exposé plus haut, que ce soit pour un dépôt de fondation ou une cache aménagée sacrée, la position de cette structure pose problème dans la construction du IIIe pylône. En effet, ce puits a été creusé à l’intérieur contre le mur sud à 4,30m sous le niveau du sol ce qui a demandé beaucoup d’effort et de travail.

§9. H. Chevrier mentionna dans son rapport de 193532 qu’un vide semblable existait entre la porte et le commencement de l’escalier dans le VIIIe pylône et qu’il serait peut-être la trace d’un autre puits33. Il espérait avoir l’occasion d’y mener des fouilles, malheureusement, ses rapports suivants ne mentionnent pas de telles opérations. Cependant, en allant observer l’intérieur du VIIIe pylône, il est vrai qu’il existe un espace vide au bas de l’escalier en entrant, à gauche de la porte. Cet espace ne semble pas avoir de fonction structurelle dans la construction du monument34. De plus, il ressemble plus à un vide – comme si des pierres avaient été retirées – qu’à une véritable pièce. L’absence de ravalement, de décor, d’inscription, de graffito ou de système de fermeture irait dans ce sens. Seule une étude et le dégagement de cette cavité pourrait nous apporter de plus amples informations35.

Cavité, 8e pylône - temple de Karnak
Aperçu de la cavité dans la structure du VIIIe pylône de Karnak (Dec. 2021 ©V. Marlot).

§10. S’il existait un tel espace au même endroit dans le IIIe pylône, celui-ci pourrait être l’accès au puits-cachette qui se trouverait à l’aplomb de ce vide, à 4,30m de profondeur. Ainsi, ce dépôt a pu être fait après la construction du IIIe pylône, voire celle de la porte de Ramsès IX. Malheureusement, l’absence de données archéologiques tant dans le IIIe pylône que dans le VIIIe pylône ne permet pas de pousser la comparaison plus en avant ni de donner une réponse définitive à cette question.

Conclusion

§11. Les découvertes de Henri Chevrier dans le môle sud du IIIe pylône en 1929 puis en 1935 posent beaucoup de questions sur la nature de cette structure et son emplacement. La fouille partielle de ce puits-cachette ne permet pas de donner une réponse définitive et nous oblige à émettre que des hypothèses. Les caractéristiques de ce dispositif et la nature des objets découverts tendent à penser qu’il s’agit d’une cachette ou « cache sacrée aménagée ». Cependant, certains éléments vont à l’encontre de cette hypothèse. L’emplacement de cet espace questionne également la datation de ce dépôt : la seule certitude est qu’il demeure postérieur au règne d’Amenhotep IV/Akhenaton.

§12. Comme l’a illustré cet exemple, la documentation égyptologique du Fonds Chevrier est importante. En plus de donner un témoignage presque inédit de la vie et de la recherche à Karnak entre 1926 et 1954, les plaques de verre d’Henri Chevrier et le travail de documentation effectué peuvent trouver plusieurs applications aujourd’hui : définition d’une chronologie précise des vidages des IIe et IIIe pylônes, étude des structures et des techniques de construction, analyse des différentes phases qu’a connu Karnak au fil des règnes successifs, etc.


Citer ce billet : Valentine Marlot, "Le fonds Chevrier de Karnak : nouvel examen du puits-cachette du IIIe pylône," dans Les Carnets du CFEETK, 23/05/2022, https://cfeetk.hypotheses.org/724.

  1. Anonyme, « Henri Chevrier », BSFE 70-71, 1974, Paris, p. 7-8. []
  2. S. Biston-Moulin, C. Thiers, Le Centre franco-égyptien d’étude des temples de Karnak. Livre du cinquantenaire 1967-2017, TravCFEETK, Louqsor, 2017, p. 28-29. []
  3. Cf. É. Saubestre, « Projet de recherche de mécénat pour la conservation, la numérisation et l’indexation des archives photographiques du fonds Henri Chevrier », dans Les Carnets du CFEETK, 31/03/2022, https://cfeetk.hypotheses.org/575 (consulté le 10/04/2022). []
  4. http://www.cfeetk.cnrs.fr/travaux/fonds-chevrier/ (consulté le 10/04/2022). []
  5. H. Chevrier, « Rapport sur les travaux de Karnak (1927-1928) », ASAE 28, 1928, p. 120. []
  6. H. Chevrier, « Rapport sur les travaux de Karnak », ASAE 29, 1929, p. 142. []
  7. Ibid., p. 141-142, fig. 2. []
  8. H. Chevrier, « Rapport sur les travaux de Karnak (1934-1935) », ASAE 35, 1935, p. 109. []
  9. Ibid., p. 109-110, pl. IV-1. []
  10. Ibid., p. 109. []
  11. B. Letellier, « Gründungsbeigabe », II, col. 906-911. []
  12. H. Chevrier 1929, op. cit., p. 142 ; Fr. Laroche-Traunecker, « Les rituels de construction des temples égyptiens. Gestes représentés sur les parois et actes attestés par des fouilles à Karnak », Archimède. Archéologie et histoire ancienne 7, 2020, p. 87. J.-C. Goyon, et al., La construction pharaonique du Moyen empire à l’époque gréco-romaine. Contexte et principes technologiques, Paris, 2004, p. 225-227. []
  13. H. Chevrier 1935, op. cit., p. 110. [] [] []
  14. M. Azim, « Découverte de dépôts de fondation d’Horemheb au IXe pylône de Karnak », Karnak 7, 1982, p. 93-120. []
  15. PM II2, p. 75-76 ; A. Mariette-Bey, Karnak, étude topographique et archéologique, avec un appendice comprenant les principaux textes hiéroglyphiques découverts ou recueillis pendant les fouilles exécutées à Karnak, Wiesbaden, 1982 (1re éd. Leipzig, 1875), p. 26-27 ; P. Barguet, Le temple d’Amon-Rê à Karnak. Essai d’exégèse, RAPH 21, 1962, p. 272-273 ; A. Amer, The gateway of Ramesses IX in the temple of Amun at Karnak, Warminster, 1999. []
  16. M. Azim, op. cit., p. 108-109. []
  17. J. Weinstein, Foundation Deposits in Ancient Egypt, Ann Arbor, 1973, p. 228. []
  18. Fr. Laroche-Traunecker, op. cit., p. 88. []
  19. F. Schmitt, « Les dépôts de fondation à Karnak, actes rituels de piété et de pouvoir », Karnak 16, 2017, p. 360. []
  20. H. Chevrier 1935, op. cit., p. 110. []
  21. Par exemple, le dépôt de fondation découvert dans la moitié sud de la Salle hypostyle le 10 janvier 1929 (ASAE 29, p. 145) ou bien celui repéré dans l’angle nord-est du VIIe pylône en 1950-1951 (ASAE 51, p. 558). []
  22. H. Chevrier 1929, op. cit., p. 142. [] [] []
  23. C. Zivie-Coche, « Des scarabées, un “coffret“, une main. Atoum à Tanis », dans C. Zivie-Coche, I. Guermeur (dir.), Parcourir l’éternité. Hommage à Jean Yoyotte, BEHE-SR 156, 2012, vol. 2, p. 1143 (13). []
  24. G. Charloux, C. Thiers, Le temple de Ptah à Karnak III. La favissa, BiGen 55, TravCFEETK, 2019, p. 23. []
  25. H. Chevrier 1935, op. cit., p. 109. []
  26. G. Charloux, C. Thiers, op. cit., p. 29. []
  27. G. Charloux, C. Thiers, op. cit., p. 33-35. []
  28. Ibid., p. 110. []
  29. G. Charloux, C. Thiers, op. cit., p. 29 ; K. Muhlestein, « Execration Ritual », dans W. Wendrich (éd.), UCLA Encyclopedia of Egyptology, Los Angeles, 2008. []
  30. G. Charloux, C. Thiers, op. cit., p. 42. []
  31. Ibid., p. 44. []
  32. H. Chevrier 1935, op. cit., p. 109. []
  33. Il mentionne un second « vide » dans le VIIe pylône. Cependant, aucune trace probante n’a été observée dans cette structure. []
  34. En effet, un pylône est pourvu de parements et d’un escalier central. Cependant, le remplissage entre ces deux éléments est indépendant – au moins jusqu’au la fin du Nouvel Empire – et peut être constitué de gros blocs de pierre ou de matériaux agglomérés. J.-C. Goyon, et al., op. cit., p. 278-282. []
  35. Le VIIIe pylône de Karnak fait actuellement l’objet d’un projet d’étude dirigé par E. Frood (Univ. Oxford) et S. Biston-Moulin (UMR 5140 ASM, équipe ENiM []

Valentine Marlot

Valentine Marlot est doctorante en égyptologie à l'université Lumière-Lyon 2 et rattachée au laboratoire Hisoma-UMR 5189. Elle prépare une thèse intitulée "Construire son au-delà : mobiliers et rituels funéraires en Égypte de l'Ancien Empire au Moyen Empire (vers 2700-1700 av. n. è.)".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search